Les Fleurs d'Yves Saint Laurent
Une collaboration inédite entre le Musée Yves Saint Laurent Marrakech et le Musée Yves Saint Laurent Paris

Du au

Du 20 septembre 2024 au 4 mai 2025, le Musée Yves Saint Laurent Paris présente Les Fleurs d’Yves Saint Laurent. Cette exposition pensée par les commissaires Olivier Saillard et Gaël Mamine, fait suite à un premier chapitre présenté au Musée Yves Saint Laurent Marrakech du 2 mars 2024 au 5 janvier 2025. Pour la première fois, les deux musées se sont associés pour une programmation commune autour de cette thématique majeure dans l’oeuvre du couturier.

« Le Blé porte bonheur
Les Lys, ma fleur favorite
Une Venus de Bronze, symbole de mon métier
et passion des bronzes
A la recherche du temps perdu de Proust
Depuis l’âge de 15 ans je ne cesse de relire
cet oeuvre inégalable. »

Avec son partenaire Pierre Bergé, Yves Saint Laurent vivait quotidiennement entouré de fleurs et de jardins – dans ses appartements, ses résidences secondaires ou sa maison de couture. Amoureux de la flore, il y trouvait une source d’inspiration infinie.

Cette admiration pour la nature, Yves Saint Laurent la partage avec de nombreux artistes et écrivains tout particulièrement avec Marcel Proust, un de ses auteurs favoris comme il le déclare dans L’Egoïste en 1987*. L’univers de l’écrivain transparaît dans les intérieurs du couturier autant que dans ses défilés. Quand le premier se plait à décrire les femmes comme des fleurs, le second les en recouvre pour leur rendre hommage.

Présentées dans l’exposition, une trentaine de silhouettes textiles et des dessins mettent en lumière cette symbiose entre l’oeuvre d’Yves Saint Laurent, la nature et la littérature.

Comme dans un livre, chaque chapitre donne à lire et à voir les citations de Proust face aux silhouettes en fleurs d'Yves Saint Laurent ; accessoires et dessins du créateur sont présentés sur des lutrins. Tel un jardin, les fleurs se déclinent et nous racontent la personnalité et les goûts du créateur : du muguet fétiche de Christian Dior, au lys anagramme de ses initiales en passant par les roses de l’amour, les bougainvilliers du Maroc ou le blé porte bonheur.

Au fil de l’exposition, le visiteur découvre les pièces iconiques et les savoir-faire auxquels Yves Saint Laurent a fait appel pour donner vie à ses créations fleuries : ici, les premières broderies appliquées de

la robe printemps-été de 1962, là la virtuosité des imprimés dans la collection printemps-été 2001, référence inoubliable aux tableaux de Pierre Bonnard. En majesté, on aperçoit les fleurs en gazar de soie plus vraies que nature de la mariée d’été incarnée par Laetitia Casta en 1999, silhouette inoubliable d’Yves Saint Laurent.

Ce dialogue naturel entre les arts et les époques se prolonge avec l’artiste américain Sam Falls dont les oeuvres viendront ponctuer l’exposition. Parcourant le monde, il prélève des plantes et conserve la mémoire de ces paysage floraux au moyen d’une impression directe des pigments sur la toile. Les motifs et les couleurs de cette nature recréée entrent en harmonie avec ceux présentés sur les pièces haute couture. Dans les vêtements de Yves Saint Laurent comme dans les toiles de Sam Falls, les fleurs transcendent le temps et demeurent éternelles.